Perspectives gorziennes

Accueil À propos Archives Contact

samedi 1 août 2015

André Gorz : « Fondements du revenu d’existence »

392797730_ML.jpg.gifExtraits du livre « L’immatériel » Editions Galilée 2003 (pages 99à103)

« C’est sous cet angle tout d’abord qu’il faut apprécier l’idée d’un revenu social garanti, inconditionnel et universel. Elle cheminait depuis longtemps, mais c’est avec les grèves de 1995 et de 1997 qu’elle est devenue une revendication plausible en France et, par contagion, dans d’autres pays. Sa valeur heuristique est immense, de même que sa capacité à unir dans une perspective anticapitaliste un large éventail de forces sociales.

Lire la suite...

De la Finlande à l'Aquitaine, le « revenu de base » en débat

Par Ludovic Lamant le 30 juillet 2015 dans Médiapart

Une somme fixe d'argent, versée à chaque citoyen, salarié ou pas, de manière automatique, pour mieux accompagner les mutations du monde du travail ? Des expérimentations – encore floues – sont annoncées en Finlande ou aux Pays-Bas. L'Aquitaine veut y réfléchir. Le vieux débat sur le revenu de base reprend de plus belle.
Lire l'article

Le fil des billets sur le revenu garanti

« Être paysan, c’est vouloir être libre, travailler au rythme des saisons, travailler avec la nature »

Par la Confédération paysanne le 26 juin 2015 sur Bastamag

« Pour beaucoup d’entre nous, l’autonomie du paysan n’est plus qu’un rêve, et la prolétarisation du métier se confirme. » Le texte est lu par des paysans le 17 juin 2015, à Amiens, à l’issue du procès en appel des neuf militants de la Confédération paysanne poursuivis pour des actions menées contre l’usine des 1000 vaches, en Picardie. Dans l’attente du jugement, le 16 septembre, le syndicat dénonce un libéralisme qui « se nourrit aussi de nos utopies, qui les avale et les recrache, pour mieux avancer ». Si les alternatives qui se multiplient partout sur le territoire contribuent à bâtir d’autres mondes, le changement passe aussi par un engagement collectif, énonce l’appel d’Amiens.

Lire l’article

mercredi 29 juillet 2015

Krishnamurti et les « drogues dorées »

41FY6Z4BQAL._SL160_.jpgExtrait de « La révolution du silence » de Krishnamurti . Le livre de poche 1990 – Ch.20 – pages 219 à 222

« Chez l'animal, l'instinct de suivre et d'obéir est naturel et nécessaire à la survivance, mais chez l'homme il devient un danger. Suivre et obéir, pour l'individu, deviennent imitation et conformisme, en fonction de quoi il s'adapte aux structures d'une société qu'il a lui-même construite. Sans liberté, l'intelligence ne peut guère fonctionner. Comprendre, en action, la nature de l'obéissance et de l'acceptation, c'est faire naître la liberté. La liberté n'est pas l'instinct de faire ce qui plaît. Dans une société vaste et complexe une telle liberté ne serait pas possible ; d'où le conflit entre l'individu et la société, entre le nombre et l'unité.

Lire la suite...

samedi 25 juillet 2015

"Une histoire de violence", conférence Colibris, 12 juin 2015

La violence de la société est le reflet d'une violence qui existe à l'intérieur de chaque individu.
Le 12 juin 2015, Colibris a organisé une conférence sur les racines de la violence, dans le cadre de la campagne "Une (R)évolution intérieure".
Invités :

Pierre Rabhi, agroécologiste et philosophe,

Paul Watson, activiste et fondateur de Sea Shepherd,

Nancy Huston, essayiste et romancière et

Thomas d’Ansembourg, psychothérapeute et écrivain.


4 personnalités, 4 récits, 4 points de vue pour s’interroger sur les différentes formes de violence, leurs origines et les leviers de résilience. Et si chacun de nous avait un rôle à jouer ?

  • - Partie 1 : Pierre Rabhi
-
  • - Partie 2 : Nancy Huston
-
  • - Partie 3 : Paul Watson
-
  • - Partie 4 : Thomas d'Ansembourg
-
  • - Partie 5 : Réponses aux questions
-
  • - Partie 6 : Mathieu Labonne, et Joyshanti.

Voir la conférence

- page 1 de 337