Perspectives gorziennes

Accueil À propos Archives Contact

mardi 2 septembre 2014

L'urgence de ralentir

aujourd'hui 2 août 2014 sur ARTE à 22h40

Documentaire français de Philippe Borrel

Comment, dans un monde où l'accélération s'impose en règle, des initiatives émergent pour redonner sens au temps et inventer de nouveaux modèles pérennes ?





"Course suicidaire et inconsciente", selon Edgar Morin, l'accélération financière et technologique, déconnectée du rythme de l’homme, mène notre système à l'épuisement et vers des catastrophes tout à la fois écologiques, économiques et sociales. Mais alors que des algorithmes accentuent de manière exponentielle la spéculation financière hors de tout contrôle, aux quatre coins de la planète des citoyens refusent de se soumettre aux diktats de l'urgence et de l’immédiateté, pour redonner sens au temps. En Europe, aux États-Unis, en Amérique Latine ou encore en Inde, Philippe Borrel (Un monde sans humains ?) est allé à la découverte de ces initiatives, individuelles et collectives, qui proposent des alternatives basées sur d’autres paradigmes.

Reprendre le contrôle

Au Rajasthan, le Barefoot College fondé par Bunker Roy recrute des femmes de milieux ruraux pour les former à l'ingénierie solaire ; les villes de Romans-sur-Isère et de Bristol ont mis en place une monnaie locale pour résister à la toute-puissance des banques ; à Ithaca, au nord de New York, des coopératives font leur preuve pour relocaliser l'économie... À rebours du "train fou" du modèle dominant, ces alternatives citoyennes, qui rejoignent les analyses de philosophes, sociologues, économistes et scientifiques, pourraient bien être les pionnières du monde de demain. Autant de gestes qui remettent l’homme au cœur du système.

vendredi 29 août 2014

Voyage dans les archipels de la "décroissance"

la_sieste.jpg
Par Friture Mag le 28 août 2014 sur Médiapart

Combien sont-elles, sont-ils à prendre des chemins de traverse, choisir le "pas de côté", nageant à contre-courant et devenant décroissants ? Personne ne le sait, personne n’a cherché à les compter. Pourtant ils et elles sont là, en ville et dans les montagnes, avec nos amis et nos familles, dispersés dans des îlots isolés mais reliés entre eux par des idées et des actions communes.

Lire le reportage

vendredi 22 août 2014

HOME - Yann Arthus-Bertrand

Le film

Home, est un film documentaire (1h33) sur l'état de notre planète, les causes et conséquenses de la surconsommation de ses ressources par l'homme et son inconscience. De Yann Arthus-Bertrand, produit par Luc Besson.

En quelques décennies seulement, l'homme a rompu un équilibre de près de 4 milliards d'années d'évolution de la Terre et met son avenir en danger. Grâce à de superbes images tournées en Islande, le film évoque d’abord la naissance de la vie sur Terre, et souligne l’importance de l’eau et des cyanobactéries qui parviennent à capter l’énergie solaire. Peu à peu, la quantité de gaz carbonique dans l’atmosphère va diminuer et la vie devenir possible.

Ensuite, l’homme entre en scène, invente l’agriculture, fonde les villes et donc bouleverse très vite l’équilibre longtemps maintenu avec notre planète. Désormais, la Terre sera domestiquée pour nous nourrir. Aujourd’hui encore, la moitié des habitants de notre planète travaille dans l’agriculture, mais c’est surtout l’utilisation de l’énergie végétale qui va bouleverser la donne.

Avec le pétrole et le gaz, l’homme s’offre un confort inégalé. Un litre de pétrole va remplacer le travail de cent personnes pendant 24 heures. En moins de 50 ans, la population va doubler et s’approcher des 7 milliards. L’agriculture devient intensive, gaspille l'eau, favorise les monocultures, et transforme les paysages. Almeria et ses serres à perte de vue devient le symbole de l'agriculture industrielle, grande consommatrice de produits chimiques.

Le film évoque aussi le succès du modèle urbain américain, basé sur la voiture et qu'on retrouve désormais jusque dans les banlieues de Pékin, ou les architectures de Dubaï.

La suite de l’article


Visionner le film sur Youtube

Home: les pour et les contre

Politis: Home, un mauvais jour pour l'écologie

...et encore:

La grive, la fauvette et la mésange

QuelleEcPelt.jpgExtraits du livre de Jean-Marie Pelt Quelle écologie pour demain ? Editions L’Esprit du temps 2010 pages 33 à 38

Le gui est une plante très singulière puisqu’elle ne pousse que sur les arbres et qu’elle a cette étrange particularité de ne pas savoir faire de racines. Elle ne peut en fait que planter un suçoir sur une branche et se nourrir de la sève qui en émane. En théorie, le gui est par conséquent très fragile et totalement inféodé à son support. Mais en pratique il ne l’est pas, car il a mis au point, avec trois espèces d’oiseaux, un système très perfectionné pour sa reproduction.

Lire la suite...

L'écologie politique, une éthique de libération

845142_L.jpgPar Jean ZIN le 21 juin 2008 sur jeanzin.fr
(écrit pour un livre collectif, "André Gorz, un penseur pour le XXIème siècle" aux Editions de La Découverte. L'article a été traduit en espagnol par Eduardo Baird)


André Gorz n'a certes pas inventé l'écologie, se situant notamment dans le sillage d'Ivan Illich, mais il y a ajouté une dimension politique pleinement assumée. Son recueil d'articles, paru en 1975, avait d'ailleurs pour titre "Ecologie et politique". Il commençait significativement par un texte de rupture entre "Leur écologie et la nôtre", texte décisif où, contre l'écologie de marché et l'expertocratie verte, il prenait ouvertement le parti d'une écologie émancipatrice basée sur l'autonomie et clairement anticapitaliste.

La suite de l’article sur le site

- page 1 de 294