Perspectives gorziennes

Accueil À propos Archives Contact

Révolution

Fil des billets

mardi 17 mai 2016

André Gorz et Mai 68 par Michel Contat

ContatW.jpgExtrait du livre de Michel Contat « André Gorz – Vers la société libérée » Editions Textuel/Institut National de l’Audiovisuel - Chapitre « La leçon de 68 » pages 29-32

En 1968, le mouvement de Mai en France ainsi que la radicalisation de la contestation dans tout le monde occidental, notamment aux Etats Unis et aussi en Tchécoslovaquie, vient en quelque sorte donner raison à André Gorz et entraine chez lui une radicalisation théorique qui aboutira, en 1980, à ses Adieux au prolétariat, adieux qu’il avait annoncés dès les années 1960. Mais il lui faudra auparavant se défaire d’une problématique du parti révolutionnaire.

Lire la suite...

dimanche 8 mai 2016

LA ( R ) EVOLUTION DES COLIBRIS : REINVENTER LA DEMOCRATIE

PlanDemocratie.jpg
Par colibris-lemouvement

Le plan démocratie

Grande direction

Une véritable démocratie, garantissant que les décisions politiques sont toujours conformes à l'intérêt général, aux équilibres écologiques et sont l'émanation d'une vraie volonté populaire, élaborée à travers de nombreux, intenses et authentiques débats entre les membres de la société.

AXE #1 : Nous doter d'une vraie constitution, au service de l'intérêt général
Faire réécrire notre constitution par une assemblée constituante populaire, tirée au sort et dont les membres seront inéligibles aux mandats qu'ils définiront. Inscrire dans cette constitution les principes permettant aux citoyens les plus actifs d'engager et de garantir une transition écologique, sociale, économique, au service de l'intérêt général, respectant l'équité entre tous et les équilibres naturels. Faire en sorte que les règles du pouvoir ne soient pas écrites par les hommes ou femmes au pouvoir.

La suite du Plan démocratie

La Lettre des Colibris

dimanche 1 mai 2016

La Nuit debout est-elle la même partout ?

Par Manuel Borras le 29 avril 2016 sur Regards.fr

Si la place de la République à Paris capte la lumière, c’est de Nuits debout au pluriel qu’il faut parler. Dans les autres grandes villes, comment le mouvement s’exprime-t-il, entre identité et différences ? Tour de France des places occupées.

Lire l’article


nuits-debout-carto-460-236ba.jpg

Morceaux choisis de "Réforme et Révolution" d'André Gorz

Unknown-5.jpegCes extraits de « Réforme et Révolution », publié aux Éditions du Seuil en 1969, montreront, je pense, que ce qu’écrivait André Gorz au lendemain des évènements de Mai 68, a gardé toute sa fraîcheur et son actualité. J’ai pris la liberté d’attribuer un titre à chacun de ces extraits et de souligner certains passages pour faciliter la lecture.

1 - L’avènement du socialisme : la stratégie des réformes (p. 205-209)

Cet avènement ne résultera ni d’un aménagement progressif du système capitaliste, tendant à rationaliser son fonctionnement et à institutionnaliser les antagonismes de classe ; ni de ses crises et de ses déséquilibres, dont le capitalisme ne peut éliminer ni les causes ni les effets, mais qu’il sait empêcher désormais de revêtir une acuité explosive ; ni d’un soulèvement spontané des mécontents ; ni de l’anéantissement, à coup d’anathèmes et de citations, des social-traîtres et des révisionnistes. Il résultera seulement d’une action consciente et à long terme dont le début peut être la mise en œuvre graduelle d’un échelonnement cohérent de réformes, mais dont le déroulement ne peut être qu’une succession d’épreuves de force, plus ou moins violentes, tantôt gagnées, tantôt perdues ; et dont l’ensemble contribuera à former et à organiser la volonté et la conscience socialistes des classes travailleuses.

Lire la suite...

lundi 25 avril 2016

Nuit Debout

Par « Le Sauvage » le 23 avril 2016

Manifeste proposé par la commission écologie climat/Nuit Debout.

Manifeste : Debout pour une démocratie écologique !

Introduction : Crises climatique, de la biodiversité, des ressources, pollutions et perturbations des cycles naturels, la crise écologique est globale. L’humanité est aujourd’hui placée devant un choix qui détermine son avenir. Tout est lié. Les politiques actuelles conduisent à la destruction de l’être humain et de la planète. Mais si nous renversons la perspective, la convergence des luttes sociales et écologiques trouveront des solutions à travers l’écologie.

Les objectifs sont les mêmes : lutter contre la violence des inégalités et des injustices, qui frappent d’abord les plus pauvres. L’écologie est une voie pour reconstruire une société non seulement vivable, mais plus juste.

Les capitalistes ont bien compris l’enjeu, car oui, c’est leur business que nous menaçons ! Celui des énergies les plus néfastes, celui du commerce international le plus brutal. Mais la modernité, ce n’est pas la croissance infinie, même repeinte en vert, c’est une transition écologique sérieuse, qui rompe avec le capitalisme du désastre et de la démesure. Nous devons apprendre à vivre dans les limites des ressources de la planète. Les irresponsables, ce sont ceux qui précipitent l’humanité sur des chemins désastreux, pas nous.

La suite du manifeste

- page 1 de 16