Perspectives gorziennes

Accueil À propos Archives Contact

nucléaire

Fil des billets

samedi 18 avril 2015

Anomalies de la cuve de l’EPR : le Réseau "Sortir du nucléaire" demande l’abandon du chantier

Communiqué du 7 avril 2015

Alors que l’Autorité de sûreté nucléaire rend publiques de dangereuses anomalies dans la fabrication de la cuve du réacteur EPR en construction à Flamanville, le Réseau "Sortir du nucléaire" demande l’abandon immédiat du chantier et des projets de nouveaux réacteurs.

La suite de l'article

jeudi 9 avril 2015

Energie : le rapport caché sur une France 100% renouvelable

Par Christophe Gueugneau et Jade Lindgaard le 8 avril 2015 sur Médiapart

Mediapart s'est procuré le rapport commandé par l'Ademe sur une France 100 % renouvelable en 2050 : le potentiel énergétique est colossal, et ne coûterait pas beaucoup plus cher que de maintenir le nucléaire. Mais visiblement, il dérange puisque sa publication a été repoussée. Nous le publions en intégralité pour ouvrir le débat que l'administration a voulu refermer.

Lire l’article et le rapport

vendredi 13 mars 2015

TCHERNOBYL

Tchernobyl








Le 26 avril 1986 s’est produit à Tchernobyl, en Ukraine, le plus grave accident nucléaire de notre histoire. Quelques jours plus tard, André Gorz confiait au Nouvel Observateur les premières réflexions que lui inspirait cette catastrophe.

Entretien d’André GORZ alias Michel BOSQUET avec Bernard WERBER, journaliste au Nouvel Observateur, en mai 1986. (1)

Lire la suite...

Théodore Monod dénonçait les bombardements atomiques d’Hiroshima et Nagasaki des 6 et 9 août 1945

Théodore Monod (1902,2000), Professeur du Muséum d' Histoire Naturelle, Membre de l' Académie des Sciences et dernier Grand Humaniste, a défendu sans relâche les valeurs de conscience et de responsabilité de l' homme face à ses semblables.Il a pris position dans toutes les luttes pour le respect des droits et de la dignité des hommes. Chaque année , il dénonçait à travers un jeûne de 4 jours, du 6 au 9 août, en mémoire des bombardements atomiques de Hiroshima et de Nagazaki, les essais nucléaires de toute nature. (Dailymotion)





Le fil des billets concernant Théodore Monod

jeudi 27 février 2014

Hiroshima, l’effet d’une bombe

HiroshimaOldPhoto_s.jpgSur le blog de Corinne Morel Darleux le 26 février 2014

6 août 1945, un matin de guerre en été. Le ciel est clair, le soleil radieux. Il est 8h, la journée commence à Hiroshima, une ville de 350.000 habitants qui longe la Mer intérieure du Japon. Des étudiants et lycéens ont été mobilisés dans la ville pour des travaux de remblais. Des travailleurs, principalement Coréens, ont été amenés de force pour prêter la main. Entre 2000 et 6500 enfants ont été envoyés à la campagne pour fuir les bombardements.
La fin de la guerre est proche, l'état-major États-unien veut en finir avec les forces armées du Japon. Il cherche le coup final. Plusieurs possibilités, militaires et diplomatiques, sont examinées : débarquement terrestre, entrée en guerre de l'URSS contre le Japon... puis rejetées, cette dernière risquant de donner trop de pouvoir aux soviétiques.
L'hypothèse est finalement retenue d'un bombardement atomique, qui permettrait aux États-Unis de justifier les dépenses de recherche dans le domaine du nucléaire militaire auprès de sa population, et surtout de tester les effets grandeur nature de la Bombe A.

La suite de l’article

- page 1 de 14